Site internet François de Laval 2008 Présentation - Fêtes de François de Laval
entête  

8 décembre 1658

En l'église de

St-Germain-des-Prés à Paris

Dans la pénombre d’une chapelle, en la fête de l’Immaculée-Conception, on s’affaire autour d’un jeune adulte de 35 ans que l’envoyé du pape est en train d’ordonner comme évêque à la lumière des chandelles. C’est le résultat d’un rêve audacieux que ce jeune prêtre porte depuis le témoignage bouleversant d’un missionnaire extraordinaire, le Père Alexandre de Rhodes, entendu en 1653, quelques années après être devenu prêtre.

François de Laval dans un enthousiasme débordant s’était alors offert avec quelques amis pour aller en Asie du Sud-Est y annoncer l’Évangile et y édifier une Église inspirée des premières communautés chrétiennes. Il avait été choisi comme leader du groupe et vicaire apostolique au Tonkin sous l’autorité directe du pape. Pour s’y préparer, François de Laval avait été vivre quelques années auprès d’un laïc réputé dans une communauté nouvelle, l’Ermitage, à Caen, attendant que les voies se libèrent pour donner libre cours à son rêve.

Sa disponibilité lui vaut, en ce jour du 8 décembre 1658, par un curieux détour du destin, de se retrouver maintenant vicaire apostolique et évêque, non plus en Asie du Sud-Est, mais en Nouvelle-France où le Roi Louis XIV à décidé de l’envoyer plutôt qu’au Tonkin. Il y passera de nombreuses années auprès des colons, des marchands, des administrateurs, des missionnaires, des amérindiens comme pasteur d’un diocèse « aux dimensions de l’Amérique du Nord » car  le diocèse de Québec couvrait alors entièrement le territoire de celle-ci à l’exception de celui des colonies américaines des bords de l’Atlantique.

6 mai 1708

Dans une modeste chambre
dans le Vieux Séminaire de Québec

Le frère Hubert Houssart se penche sur un vieillard qui s’éteint lentement. Rongé par une engelure subie lors d’une célébration liturgique dans une église non-chauffée, le Vendredi-Saint 7 avril 1708, François de Laval, s’abandonne à l’amour de Dieu qui l’a embrasé et nourri pendant ses cinquante ans de vie sacerdotale et épiscopale dans une contrée qu’il a aimée et où, après sa démission comme évêque en 1685, il a voulu revenir  « pour y achever de finir mes jours en repos, écrit-il, et avoir la consolation de mourir dans le sein de mon Église ».

Ces deux dates sont pour la communauté des prêtres du Séminaire de Québec, fondée par François de Laval le 26 mars 1663, l’occasion d’annoncer et de proclamer une ANNÉE JUBILAIRE du 8 décembre 2007 au 8 décembre 2008 pour célébrer l’audace évangélique et apostolique de leur fondateur et premier évêque du diocèse de Québec béatifié par le pape Jean-Paul II le 22 juin 1980. Cette ANNÉE JUBILAIRE FRANÇOIS DE LAVAL 2008 s’inscrit dans le cadre des Fêtes du 400e anniversaire de la Ville de Québec qui a été marquée de diverses façons par l’œuvre de François de Laval continuée par ses héritiers de la communauté des prêtres du Séminaire de Québec à travers le Grand Séminaire (depuis 1663), le Petit Séminaire (1665-1987), l’Université Laval (1852-1970), le Centre d’animation François de Laval (depuis 1993), la Maison François de Laval, centre de vocation (depuis 1977), le Centre d’évangélisation auprès des jeunes adultes : Québec IXThUS (depuis 2004) et la pastorale catholique à l’Université Laval (depuis 2006).

Que cette ANNÉE JUBILAIRE consacrée à François de Laval renouvelle aujourd’hui l’audace des communautés chrétiennes et de leurs pasteurs, des croyantes et des croyants, des jeunes adultes remplis de projets stimulants pour l’avenir, des femmes et des hommes de bonne volonté de ce beau et grand pays qu’a si fortement aimé François de Laval.


Hermann Giguère, ptre, p.h.
Supérieur général du Séminaire de Québec
www.seminairedequebec.org

 
Site internet François de Laval 2008