Site internet François de Laval 2008 Le pasteur - Fêtes de François de Laval
entête  

  

Portraits de François de Laval par des enfants du primaire 

          

François de Laval, le pasteur

Un sonnailler pour notre Église 

Jésus disait aux Juifs : « Je suis le bon pasteur, le vrai berger ». En ce temps-là, le pasteur occupait une des dernières places dans les villages de la Palestine. C’était le plus souvent un analphabète. Il aurait difficilement occupé des postes plus importants. On lui confiait la garde des troupeaux dans les champs, à l’écart. C’était un métier humble, caché, solitaire, un métier qui gardait son homme en marge de la société. Le berger ne participait très peu et souvent pas du tout à la vie religieuse de son peuple. C’était un marginal.

Jésus se définit comme un pasteur. Son royaume ne sera pas de ce monde. Il vivra à l’écart du pouvoir. Il ne sera ni un notable, ni un lévite, ni un scribe. Il ne sera pas prêtre. Il subira la persécution pour ses propos et ses gestes. On le traînera devant les tribunaux religieux et civils pour finalement le condamner à mort. Il mourra sur une croix abandonné des siens. Il sera la pierre rejetée des bâtisseurs.

Jésus a perdu sa vie et il l’a fait pour s’occuper des petits, des pauvres, des sans nom, des moins que rien. En étant lui-même, au milieu du monde un petit et un pauvre, sans statut social.

Quant aux guides de l’Église, les évêques, les prêtres, nous devrions plutôt les appeler les « sonnaillers ». Dans un troupeau, le sonnailler est un mouton à qui on a accroché au cou une clochette. Et cette clochette guide les autres moutons du troupeau dans leurs déplacements. Le sonnailler est un bon mouton en connivence avec le berger. C’est un ami fidèle du berger. Il l’écoute et il le suit partout. Ainsi, par ses propres déplacements, il entraîne le reste du troupeau là où se trouve le berger, là où le berger veut qu’il soit.

Dans L’Église de Québec, une Église qui à l’époque avait les dimensions de l’Amérique, François de Laval a été un sonnailler. Il s’est toujours tenu en communion avec son pasteur, Jésus Christ, dans la prière, dans la charité, dans le service du troupeau qui a été confié à sa sollicitude. Ses paroles et ses gestes ont résonné aux oreilles des gens qui ont immigré ici comme des gens qui habitaient déjà ce pays. Il a proclamé la Parole. Il est intervenu à temps. Il est intervenu aussi à contretemps, dénonçant le mal, encourageant avec une grande patience et avec le souci d’instruire. Bref, François de Laval a travaillé à l’annonce de l’Évangile, il a accompli jusqu’au bout son ministère.

Denis Gagnon,o.p.
Pastorale-Québec avril 1996.

Voici les 24 évêques du Diocèse de Québec.
Les photos proviennent de la galerie des peintures des évêques dans le Grand Salon de l'Archevêché.

François de Laval François de Laval
Vicaire apostolique : 1658
Premier évêque de Québec : 1674 à 1688
 2e évêque : Jean-Baptiste de la Croix de Chevrières de Saint-Vallier
évêque de Québec, 1688 à 1727
 3e évêque : Louis-François Duplessis de Mornay O.F.M. Cap
coadjuteur, 1713
évêque en titre, 1727 -1733
 4e évêque : Pierre-Herman Dosquet
coadjuteur, 1728
évêque en titre, 1733-1739
 5e évêque : François-Louis de Pourroy de Lauberivière
évêque, 1739-1740
 6e évêque : Henri-Marie Dubreuil de Pontbriand
évêque, 1741-1760
 7e évêque : Jean-Olivier Briand
évêque, 1766-1784
 8e évêque : Louis-Philippe Mariauchau d'Esgly
coadjuteur, 1722
évêque en titre, 1784-1788
 9e évêque : Jean-François Hubert
coadjuteur, 1785
évêque en titre, 1788-1797
 10e évêque : Pierre Denaut
coadjuteur, 1794
évêque en titre, 1797-1806
 11e évêque : Joseph-Octave Plessis
coadjuteur, 1800
évêque en titre, 1806
archevêque, 1819-1825
 12e évêque : Beranrd-Claude Panet
coadjuteur, 1806
archevêque, 1825-1833
 13e évêque : Joseph Signay
coadjuteur, 1826
administrateur, 1832
archevêque, 1833
metropolitain, 1844-1850

14e évêque : Pierre-Flavien Turgeon
coadjuteur, 1834
administrateur, 1849
archevêque, 1850-1867
 15e évêque : Charles-François Baillargeron
coadjuteur, 1850
administrateur, 1855
archevêque, 1867-1870
 16e évêque : Élzéar-Alexandre Taschereau
archevêque, 1870-1898
cardinal, 1886
 17e évêque : Louis-Nazaire Bégin
évêque de Chicoutimi, 1888
archevêque de Québec, 1898-1925
cardinal, 1914
 18e évêque : Paul-Eugène Roy
évêque auxiliaire, 1908
archevêque de Séleucie, 1914
coadjuteur, 1920
archevêque de Québec, 1925-1926
 19e évêque : Raymond-Marie Rouleau, o.p.
évêque de Valleyfield, 1923
archevêque de Québec, 1926-1931
cardinal, 1927
 20e évêque : Jean-Marie-Rodrigue Villeneuve, O.M.I.
premier évêque de Gravelbourg, 1930
archevêque de Québec, 1931-1947
cardinal, 1933
 21e évêque : Maurice Roy
évêque de Trois-Rivières, 1946
archevêque de Québec, 1947 à 1981
primat du Canada, 1956
cardinal, 1965
 22e évêque : Louis-Albert Vachon
évêque auxiliaire, 1977
archevêque de Québec et primat du Canada, 1981 à 1990
cardinal, 1985
 23e évêque : Maurice Couture, s.v.
évêque auxiliaire, 1982
évêque de baie-Comeau, 1988
archevêque de Québec et primat du Canada, 1990 - 2002
archevêque émérite de Québec
 24e évêque : Marc Ouellet
évêque tutilaire d'Agropoli, 2001
archevêque de Québec et primat du Canada, 2002
cardinal 2003

Voir la mosaïque des évêque .

 
Site internet François de Laval 2008