JavaScript Menu, DHTML Menu Powered By Milonic


Mgr Jean-Olivier Briand (23 janvier 1715 - 25 juin 1794)
7e évêque de Québec
Évêque de 1766 à 1784




Jean-Olivier Briand (23 janvier 1715 - 25 juin 1794) a été l'évêque de Québec de 1766 à 1784. Il a joué un rôle important lors de l'invasion militaire de Benedict Arnold et a pu régler la crise de succession après la Conquête britannique.

Né le 27 novembre 1715 en la paroisse de Plérin, diocèse de Saint-Brieuc, en Bretagne, arriva à Québec le 17 août 1741, en qualité de secrétaire de Mgr de Pontbriand. Après la mort de celui-ci, il fut choisi par le chapitre, le 11 septembre 1764, pour être évêque de Québec. Il passa en Angleterre la même année, et après avoir obtenu l'agrément du roi, il reçut ses bulles du pape Clément XIII, datées du 21 janvier 1766.

Il fut sacré, le 16 mars de la même année, à Paris, dans la chapelle de Sainte-Marie-de Merry, paroisse de Surrenne, par Mgr Charles-Gilbert Demay de Termont, évêque de Blois, à ce autorisé par Mgr Christophe de Beaumont, archevêque de Paris. Il repassa en Angleterre, et arriva à Québec le 28 juin 1766. Il prit possession de son siège le 19 juillet, dans la chapelle du séminaire de Québec, servant alors de cathédrale. Il se choisit un coadjuteur en 1770, et, le 16 mars 1774, il fit son entrée solennelle dans l'église cathédrale.

L’évêché ayant été détruit par les bombardements de Wolfe, Mgr Briand logea au Séminaire pendant toute sa vie. Mgr Briand y aménagea, en 1785, dans une chambre au Séminaire de Québec une petite chapelle qui est l'œuvre de l'artisan Pierre-Émond (1738-1808) et qui existe encore aujourd’hui. Il avait, en 1780, fait construire à Petit Cap une chapelle pour les écoliers qu’il dédia à St-Louis-de-Gonzague. Reconnue par le gouverneur Murray, après la Conquête anglaise, la communauté des prêtres du Séminaire de Québec a dû alors se séparer de sa maison-mère, le Séminaire des Missions-Étrangères de Paris, et s'en remettre pour sa survie à Mgr Briand, nouvel évêque de Québec, qui les confirmera, en 1768, dans leur vocation de société de prêtres au service du diocèse en les reconnaissant comme "Séminaire des Missions-Étrangères et épiscopal" et en leur donnant des règlements qui, avec certaines modifications notamment en 1928 et en 1940, perdurèrent jusqu'au Concile Vatican II. Mgr Jean-Olivier Briand est, à juste titre, considéré comme le second fondateur du Séminaire où il passa sa vie et où il mourût.

Mgr Jean-Olivier Briand se démit de son évêché le 20 novembre 1784. Il mourut le 25 juin 1794, âgé de 79 ans 5 mois et 2 jours, et fut inhumé dans le chœur de la cathédrale le 27 du même mois au-dessous des marches qui conduisent au sanctuaire, à égale distance des deux portes latérales.

Au terme de ces brèves notes biographiques, retenons comme trait caractéristique de Mgr Briand: son esprit de pauvreté. « Né sans biens et pourvu d’une dignité sans revenu », de son propre aveu, il vivait « dans un pauvre petit appartement du Séminaire » et mangeait « à la table commune », écrit le gouverneur Carleton; il n’avait qu’un secrétaire, parfois à mi-temps seulement, et un laquais. Au demeurant, « ni calèche, ni carriole, ni cheval » ; il a « porté bien des soutanes retournées » et n’a « pas un morceau de pain ni un coup de vin à présenter à un ami ». « Je suis bien heureux, écrit-il encore, qu’on me donne ma subsistance au séminaire. » Il refuse pourtant de solliciter l’aide de ses diocésains pour le « rétablissement » de l’évêché en ruine, et interdit qu’on fasse une collecte pour l’évêque. La Gazette de Québec, à sa mort, n’en louera pas moins ses vertus morales, chrétiennes et sociales, rappelant « les aumônes abondantes qu’il a répandues dans le sein des pauvres».

Notes préparées par Hermann Giguère, ptre p.h.
le 19 mars 2008





  • Dernière mise à jour 12 septembre 2016


  • Courtoisie Carrefour Kairos
    Pour informations et commentaires

    © Droits réservés