JavaScript Menu, DHTML Menu Powered By Milonic






Mis à jour 30 août 2006



JavaScript DHTML Menu Powered by Milonic


   

NOUVELLES BRÈVES

06/08/18   Le Padre des cadets


Photo de Jean-Philippe Desrosiers Jean-Philippe Desrosiers entamera sa deuxième année d’études au Grand Séminaire de Québec. Jean-Philippe Desrosiers a 27 ans. En début de semaine, il terminait un stage en tant qu’intervenant en pastorale au camp musical des cadets de Saint-Gabriel-de-Valcartier. Les campeurs l’appellent affectueusement « le Padre ». Un surnom qu’il aime bien, puisqu’il a choisi de devenir prêtre.

Cet ancien mécanicien automobile vient de compléter sa première année d’études au Grand Séminaire de Québec. Une fois ordonné, Jean-Philippe s’occupera du diocèse de Baie-Comeau, dans son patelin.

Il ne sait toutefois pas ce qu’il l’attend, avec les églises qui ne sont plus remplies comme avant. Il assiste, note-t-il, à la transformation de l’Église, et s’aventure en terrain inconnu. « Les choses changent beaucoup, l’évêque ne sait même pas comment on va me payer plus tard ». À propos de sa vie future, il se dit toutefois inconfortable avec l’idée de vivre dans un presbytère.

Questions incontournables

Les sujets controversés touchant l’Église, Jean-Philippe les aborde prudemment. « Je m’étais préparé pour ça », dit-il en souriant aux différentes questions. Il dit partager la vision de l’Église au sujet du mariage gai. « Ce n’est pas dans la manière de penser de la vie conjugale : la procréation et la survie de l’espèce. » Le mariage des prêtres ? Il croit que le célibat va de pair avec le sacerdoce : « Il y a des hommes mariés dans l’Église, comme les diacres (clercs qui ont reçu l’ordre immédiatement inférieur à la prêtrise). Personne ne m’impose ça. »

Bien entendu, opter pour le célibat a été difficile. Or, le Grand Séminaire offre des cours du type « comment bien vivre son célibat » et des cours de sexualité, nécessaires selon le futur prêtre. Il souhaite d’ailleurs compléter sa maîtrise en sciences humaines, sur le sujet, afin d’être le mieux outillé possible.

Et qu’advient-il du stéréotype de vie religieuse rangée ? Cigarette au bec, Jean-Philippe clarifie les faits : les séminaristes ont le droit de boire de l’alcool et de fumer. Le jeune homme est aussi un grand adepte de plein air et fait du sport dès qu’il peut. « On est dans le trafic ! », assure-t-il.

Paru dans le journal "Le Soleil" du 16 août 2006 dans la rubrique VIVRE ICI
Laurie Richard



Retour à la liste des nouvelles brèves courantes

ARCHIVES DES NOUVELLES BRÈVES DES ANNÉES PRÉCÉDENTES




Cliquez pour une image agrandie. Ce sceau, encore utilisé aujourd'hui, représente la Sainte Famille, patronne principale de la communauté fondée en 1663 sous le nom de Séminaire des Missions-Étrangères établi à Québec sous le vocable de la Sainte-Famille
Bienvenue sur le site web du Séminaire de Québec


Pour nous rejoindre veuillez envoyer vos messages en cliquant ici.



Merci de votre visite


Page d'accueil | Carrefour Kairos | Bienheureux François de Laval | Sites recommandés