JavaScript Menu, DHTML Menu Powered By Milonic






JavaScript DHTML Menu Powered by Milonic

Nouvelles vocations: témoignage de deux séminaristes


Malgré la pénurie de prêtres et de religieux que l'Église vit de nos jours, le Christ continue d'appeler des hommes et des femmes à le suivre. Voici le témoignage de deux séminaristes du diocèse de Bathurst au Nouveau-Brunswick qui sont en formation au Grand Séminaire de Québec. Bonne lecture.

CLAUDE BENOÎT (39 ans)

Photo de Claude Benoît Claude Benoit a 39 ans et est en fin de stage à la paroisse de Beresford, au Nouveau-Brunswick. Il sera ordonné en 2007. Il y a six ans, il menait une carrière bien remplie en milieu scolaire et possédait tout ce dont il avait besoin pour mener sa vie sans inquiétude. L'appel de Dieu s'est alors manifesté de nouveau.

Claude raconte que l'appel de Dieu s'était fait sentir vers l'âge de sept ans, mais à ce moment-là, il ne pouvait y mettre des mots. « J'étais un enfant qui aimait prier, explique-t-il. Dans ma chambre, j'avais mon coin de prière. Durant la messe, j'étais très émotif face à la liturgie et lorsque la chorale se mettait à chanter, il y avait de quoi qui se passait en moi. Dans la trentaine, suite à des événements que j'ai vécus, j'ai su que j'étais appelé à le suivre et j'ai pu articuler cet appel.» L'appel a retenti de nouveau avec force au cours d'une où Claude témoigne qu'il a vécu concrètement le passage biblique où Yahvé appelle Samuel par trois fois et le jeune Samuel retourne se coucher à chaque fois, à la demande d'Éli jusqu'au moment où Éli comprend que c'est le Seigneur qui appelle Samuel (cf. Samuel, 3,1-9). Cette nuit-là, Claude a lui aussi entendu la voix du Seigneur. Il en a été remué jusqu'au plus profond e lui-même. « Après avoir discuté avec un prêtre, nous confie Claude, j'ai compris que j'avais ma réponse. Lorsque j'ai répondu à l'appel, une paix intérieure s'est installée, tout est devenu clair. Je me suis complètement abandonné à Dieu.»

Claude Benoît termine six années de formation au Grand Séminaire de Québec. Il est en fin de stage à la paroisse de Beresford. Il sera ordonné prêtre en 2008 à l'âge de 40 ans. Il représente cette nouvelle génération de prêtres qui répondent à l'appel du Seigneur plus tard dans leur vie.

Son confrère, Patrick McGraw dont le témoignage suit représente la génération des jeunes adultes qui entrent au Grand Séminaire.

PATRICK McGRAW (23 ans)

Patrick McGraw devant le Grand Escalier du Pavillon Jean-Olivier Briand qui abrite le Grand Séminaire Patrick McGraw n'est pas une vocation dite tardive. Âgé de 23 ans, il en est à sa deuxième année au Grand Séminaire de Québec. Natif de Tracadie-Sheila, il a toujours été impliqué en milieu pastoral depuis sa jeunesse. «À 16 ans, je me suis vraiment posé la question 'Qu'est-ce que tu fais là?'. J'aimais l'équipe et j'avais beaucoup d'amis, mais je n'avais plus de raisons de m'impliquer. Dieu ne me parlait plus comme avant. J'ai alors quitté.»

Patrick est alors parti étudier en publicité à Ottawa, mais vite il réalise qu'il n'est pas destiné à oeuvrer dans ce domaine. De retour en Acadie, Patrick travaille deux ans comme vendeur, période pendant laquelle l'appel à la vocation sacerdotale a surgi. «Je ne voulais pas répondre à cet appel, raconte-t-il. Je craignais la réaction de mes amis. Il y avait aussi la question du mariage et des enfants me préoccupait.»

Un séjour de deux ans au Centre Agapè de Québec lui a permis d'approfondir sa relation avec Dieu. La vie sacerdotale l'a interpellé à ce moment-là. Sa famille et des amis ont apporté soutien et confirmation à sa vocation. «À cause de mon âge, ajoute Patrick, certaines personnes m'ont dit qu'il y avait des jobs plus payants, que j'étais intelligent et que je pouvais avoir une famille. Je leur répondais que je peux aussi en avoir une au sein de l'Église. Je me sens heureux au service des gens. C'est plus qu'un service car c'est autant bénéfique pour moi. Ce que je donne aux gens me procure un bien-être inexplicable. C'est fort.» «Le prêtre ne demeure plus dans son presbytère en attente que les gens aillent vers lui. Il doit aller vers les gens» constate Patrick en terminant.



Témoignages tirés et adaptés d'un article de la revue Notre-Dame du Cap de janvier-février 2007, 115e année, pp. 13-15 intitulé LES NOUVELLES VOCATIONS par Marie-Edith Roy




Dernière mise à jour 27 janvier 2007



Cliquez pour une image agrandie. Ce sceau, encore utilisé aujourd'hui, représente la Sainte Famille, patronne principale de la communauté fondée en 1663 sous le nom de Séminaire des Missions-Étrangères établi à Québec sous le vocable de la Sainte-Famille
Bienvenue sur le site web du Séminaire de Québec


Pour nous rejoindre veuillez envoyer vos messages en cliquant ici.



Merci de votre visite