JavaScript Menu, DHTML Menu Powered By Milonic

TÉMOIGNAGE POUR LA FÊTE DU BIENHEUREUX FRANÇOIS DE LAVAL


Un bien beau compliment à François de Laval pour sa fête liturgique, le 6 mai

«Il ne nous manque, pour nous bien animer, que la présence de monseigneur notre évêque. Son absence tient ce pays comme en deuil, et nous fait languir par la trop longue séparation d’une personne si nécessaire à ces Églises naissantes. Il en était l’âme, et le zèle qu’il faisait paraître en toute rencontre pour le salut de nos sauvages, attirait sur nous des grâces du Ciel, bien puissantes pour le bon succès de nos missions; et comme pour éloigné qu’il soit de corps, son cœur est toujours avec nous, nous en éprouvons les effets par la continuation des bénédictions dont Dieu favorise et les travaux de nos missionnaires et ceux des Messieurs les ecclésiastiques de son Église qui continuent avec un grand zèle et, avec l’édification publique, à procurer l’honneur de Dieu et à travailler au parfait établissement des paroisses dans toute l’étendue de ce pays; ce qui ne sert pas de peu au progrès que fait notre sainte Foi qui n’avait point encore été portée si loin ni publiée avec plus de succès. » (Relations des Jésuites 1672, éd. du Jour, tome 6, 1972, p. 2.)

Rédigé par le père Claude Dablon, né en 1619 en Normandie, a vécu en Nouvelle-France de 1655 à sa mort en 1697. Pour l’intelligence du texte, il faut rappeler que François de Laval est absent de la Nouvelle-France de 1671 à 1675 ayant entrepris un second voyage dans son pays afin d’obtenir les bulles qui le feront officiellement évêque de Québec.

Gilles Bureau
Professeur d'histoire retraité




Retour à la page web du bienheureux François de Laval
Dernière mise à jour 30 avril 2016